Livre-Blanc : Comment rédiger un cahier des charges web ?

Livre-Blanc : Comment rédiger un cahier des charges web ? Créer un site internet demande énormément de ressources et d’outils dont nous ignorons parfois la véritable utilité. Lorsque les défauts récurrents à tous les projets surviennent inévitablement, ils ralentissent à la fois les espérances de votre client et le moral de votre équipe. A la base de ces défauts nous trouvons le « cahier des charges site web« , différent du cahier des charges classique, car spécifique à la création d’un site internet. La rédaction d’un cahier des charges doit normalement servir de fil conducteur au projet, un référentiel indispensable à tous les acteurs du projet. Mais malheureusement, son écriture n’est pas toujours évidente et le client votre client, pressé par le temps et ses obligations, ne peut pas allouer trop de temps à sa conception. Notre LivreBlanc – Guide du Cahier des Charges Web, vous donnera les clés d’une bonne rédaction, simple et efficace, afin que la création de votre site internet se déroule au mieux. Le cahier des charges site internet : les grands principes Du budget prévisionnel aux outils de communication, le cahier des charges a pour but de faciliter le développement de votre projet et d’éviter tout dépassement budgétaire ou temporel qui serait fatal pour vos ambitions. Il se différencie du cahier des charges classique en incluant des éléments propres au secteur du web 2.0. Par exemple, le modèle de cahier des charges site web soit comporter une section SEO, détaillant les mots clés de votre corps de métier. Ainsi, le prestataire sera plus à même d’orienter sa prestation SEO en conséquence. Sa rédaction doit être la plus simple possible : Structurez votre document (sommaire, titres, numéros de pages, etc.) Allez toujours à l’essentiel. N’hésitez pas à y incorporer des images, diagrammes ou tableau. Qui doit avoir accès au cahier des charges ? En tant que document de communication indispensable, le cahier des charges s’identifie à un référentiel contractuel, entre votre équipe et le prestataire. Tous les acteurs du projet doivent y avoir accès facilement. Cette mesure de précaution sera utile… Pour votre équipe : En interne, ce document permet à tous de connaître son rôle et ses tâches à effectuer. Pour votre budget : celui-ci se fait en fonction de vos besoins établi par le cahier des charges. Les personnes en charge du budget ont tout intérêt à garder ce document avec eux. Pour les personnes externes au projet : si vous possédez des fournisseurs de contenus (type rédacteur ou photographe). Un outil de gestion de projet efficace Le cahier des charges est votre référence absolue, le fil rouge de votre projet. Avec lui, vous n’oublierez plus rien, l’essentiel du projet est connu et déterminé à l’avance. Grâce à lui, la relation avec votre prestataire est de meilleure qualité et plus plaisante. Ce document est le principal outil de communication de votre projet, sa rédaction vous rendra fier de votre travail, et fera de votre projet une réalité. Téléchargez notre LivreBlanc – Guide du Cahier des Charges Web ou contactez-nous via notre formulaire. Nous serions heureux de pouvoir analyser votre cahier des... Lire la suite

La création d’un site internet en 12 étapes

La création d’un site internet en 12 étapes Vous êtes décidés ! Vous avez envie de refaire votre site ou d’en créer un nouveau mais à l’heure actuelle c’est un domaine que vous ne connaissez pas et vous aimeriez en apprendre un peu plus sur le processus de création d’un site internet. Vous êtes donc partis à la recherche de plus d’informations et vous venez de tomber exactement au bon endroit ! Se lancer dans un tel projet demande une méthodologie et une certaine rigueur pour pouvoir mettre en ligne un nouveau site sans encombre. Le client et l’agence doivent tous deux s’impliquer dans ce projet commun pour le mener à bien, c’est un travail de collaboration et de confiance mutuelle tout en long du projet. Dans notre agence nous avons mis en place une méthodologie fonctionnelle qui permet à chacun de trouver sa place. En effet, pour créer un site internet c’est toute une équipe qui se mobilise : chef de projet, graphiste, intégrateur, développeur et rédacteur web selon les besoins. 1) L’expression des besoins Tout commence par un premier rendez-vous réunissant le client et l’agence afin d’échanger sur les besoins du client pour son nouveau site internet. Cette première étape permet de définir le périmètre du site, de mieux comprendre les fonctionnalités nécessaires, le public à viser, la thématique générale du site, le calendrier de réalisation souhaité, les contraintes, les concurrents, etc. C’est une étape primordiale pour débuter le projet en toute sérénité. 2) Le cahier des charges Une fois les besoins établis et analysés, vient le moment de la rédaction du cahier des charges. Un document formel et détaillé présentant les besoins exprimés lors de la première étape. Il détermine les solutions techniques qui seront utilisées, les fonctionnalités, le calendrier, les participants du projet, etc. 3) L’arborescence Une fois que tous les éléments fonctionnels et techniques ont pris forme, il est temps de se pencher sérieusement sur l’arborescence du futur site. Elle est essentielle pour pouvoir construire les maquettes et doit être pensée tout en amont du projet pour déterminer la navigation dans le site internet. Pour la construire, il est essentiel de bien comprendre la ou les thématiques du nouveau site ainsi que les cibles visées. 4) Les maquettes graphiques (wireframes) L’arborescence définie et validée par tous, on peut ensuite se lancer dans l’étape des wireframes. Il s’agit là de créer une maquette basique afin de placer les éléments sur la page. Il faut ainsi déterminer quels seront les éléments à placer au premier plan ou au second plan. C’est une étape à ne pas manquer pour faciliter ensuite la création graphique. 5) La création graphique Cette étape permet de transformer les wireframes en maquettes graphiques afin de donner une vraie identité et une vraie image au site internet. C’est le graphiste que prend en charge cette partie. Toutes les gabarits de pages doivent être détaillés, ils peuvent être plus ou moins nombreux selon les sites : la page d’accueil, la page de contenu, la page produit, la page liste, la page contact, des pages spécifiques… 6) L’intégration des maquettes Une fois l’étape des allers-retours pour valider les maquettes terminée, vient le tour de l’intégrateur web. Il transforme toutes les maquettes en pages web en respectant les normes W3C et en s’assurant de leur rendu sur les différents supports si le site est responsive. 7)... Lire la suite

Quel CMS choisir pour son site web ?

Quel CMS choisir pour son site web ? Impossible aujourd’hui de ne plus être présent sur le web. Pour exister il est désormais nécessaire de posséder un site internet. Mais pour le créer quelle solution choisir ? Le but de cet article est de vous aider à choisir le CMS adapté à vos besoins. WordPress, le plus facile des CMS En général, si on connaît un seul CMS c’est bien WordPress. Utilisé à la base en tant que plateforme de blog, il s’est vite imposé pour la création de sites plus évolués pour aller jusqu’à de petits sites e-commerce. Tout son code est écrit en PHP et il repose sur une base de données MySQL. Ses avantages : Une installation simple et rapide avec tout de même quelques connaissances en code De nombreux thèmes déjà existants à personnaliser De très nombreux modules Une communauté très active Une bonne ergonomie et une navigation assez instinctive Ses inconvénients Des failles de sécurité importantes Un CMS non adapté lorsqu’on a besoin d’installer des dizaines de modules et de fonctionnalités différentes. La vitesse de chargement du site va progressivement augmenter Certains plugins ne fonctionnent pas entre eux et peuvent entraîner des erreurs sur le site. Des fonctionnalités de base manquantes (ex : il est nécessaire d’ajouter le plugin pour avoir un formulaire de contact) Notre avis : Un CMS facile à prendre en main, de bonne qualité pour les sites de petite envergure qui ne nécessitent pas de fonctionnalités trop avancées. Excellent pour gérer des blogs mais moins pour des sites complexes. On apprécie les très nombreux thèmes existants qu’il est possible de personnaliser. Drupal, le CMS généraliste Comme WordPress, Drupal est à la base un système de publications de blog mais il a peu à peu évolué en un véritable framework de développement. Il possède sa propre structure de données en « node ». Ses avantages : Un logiciel libre Une grande communauté de développeurs autour de Drupal De très nombreux modules existants Un CMS adapté pour des gros sites avec des fonctionnalités avancées Une très grande flexibilité Multi-sites Mutlitplateforme : WMP, LAMP, MAMP, XAMP etc. Ses inconvénients : La difficulté de configurer ce CMS. Il nécessite d’importantes connaissances dans les langages web Un CMS qui contient sa propre terminologie, soit une nécessité de parle le « Drupalien » pour configurer un site Une lourdeur et une lenteur importante en raison de sa grande modularité. Ce CMS ne convient donc pas avec un hébergement gratuit Très gourmand en ressources, il faut donc faire particulièrement attention à sa configuration Difficile à prendre en main pour un débutant Un risque de sécurité car open source mais moins important que pour WordPress Notre avis : Un excellent CMS avec lequel il est possible de faire des sites très poussés et de mettre en place des configurations spécifiques. A recommander pour des sites professionnels qui ont besoin de fonctionnalités complexes. Cependant quelques défauts sont à prendre en compte telles que la lenteur et la lourdeur du site. Plus le site sera important plus les problèmes se feront sentir. Cela nécessite des développeurs spécifiques pour maximiser la configuration. C’est donc un très bon CMS pour tous ceux qui ont besoin de sites avancés et de qualité. Blue Cube, le plus souple des CMS Contrairement aux deux autres CMS, Blue Cube n’est pas open source. Il a été développé avec des technologies open... Lire la suite

Qu’est-ce qu’un CMS ?

Qu’est-ce qu’un CMS ? Le CMS (Content Management System) ou Système de Gestion de Contenu en français est le meilleur moyen d’éditer facilement du contenu sur son site. Autrement dit, c’est aujourd’hui l’outil indispensable pour tous ceux qui ont besoin de faire vivre et d’animer leur site au quotidien. Quel est son fonctionnement ? Côté technique, le CMS est un type d’application web qui fonctionne avec un serveur et une base de données. Lorsqu’un internaute lance une recherche sur un site, le serveur web interroge la base de données pour afficher le contenu correspondant à la requête. Concrètement il se compose de deux parties distinctes : le contenu et la présentation du contenu. Le premier est sauvegardé dans la base de données structurée en tables et en champs. Quand on change le contenu via l’interface d’édition, cela modifie automatiquement les champs dans la base de données pour mettre à jour le site. C’est pourquoi on parle de site dynamique. Tout CMS est constitué d’un noyau central qui contient toujours les mêmes fonctionnalités auquel on va ajouter des modules afin d’installer selon les besoins des fonctionnalités spécifiques. Le grand avantage de ce type de logiciel c’est qu’il est modulaire, c’est-à-dire que les modules seront installés en fonction des besoins.   Le CMS, un outil d’édition indispensable Le système de gestion de contenu c’est le meilleur moyen connu à ce jour pour modifier à volonté le contenu de votre site internet. Il vous permet : De gérer la structure de votre site, c’est-à-dire de modifier son arborescence (modifier le menu, ajouter ou supprimer des pages). De gérer tout le contenu de vos pages grâce à un éditeur de texte. Comme pour Word, l’éditeur de texte permet la mise en forme du texte : choisir un titre avec un style prédéfini dans le template, modifier le style du texte (gras, italique, liste à puces etc.), ajouter des liens, ajouter des images et des vidéos. C’est également un outil collaboratif qui donne le droit à l’administrateur de choisir qui peut contribuer au contenu du site et sur quelles parties du site.   Les questions à se poser avant de choisir son CMS Attention, tous les CMS ne se valent pas, bien au contraire ! Et tous n’ont pas les mêmes fonctionnalités. La première question à se poser c’est : « Quel est la finalité de mon site » ? Est-ce que mon site sera une simple vitrine institutionnelle de mon entreprise ? Est-ce qu’il est destiné à vendre des produits ou des services ? Est-ce que plusieurs sites doivent cohabiter sur un même CMS ? La seconde question c’est : de quelles fonctionnalités ais-je besoin ? Est-ce que mon site aura besoin d’un module spécifique comme un module newsletter, un formulaire avancé, un forum, un magazine en ligne ? Attention à bien analyser toutes les possibilités offertes par un CMS pour ne pas être bloqué une fois le projet bien avancé par une fonctionnalité manquante. La troisième question, toute aussi importante que les deux autres est la sécurité. Est-ce que le CMS que je vais utiliser est souvent soumis à des failles de sécurité ? Cette question majeure devrait recevoir une attention toute particulière. Enfin, dernière question : qu’en est-il du caractère évolutif du CMS ? Si le CMS dispose d’une communauté active c’est déjà bon signe. Mais ce n’est pas tout, lorsqu’une mise à jour est lancée, va-t-il falloir acheter de nouveaux les modules... Lire la suite

Pourquoi choisir le développement spécifique ?

Pourquoi choisir le développement spécifique ? Pour un nouveau site internet, une application métier ou tout autre projet qui nécessite du développement informatique, une question capitale est à se poser en amont : faut-il opter pour un logiciel existant ou du développement spécifique ? Concrètement, un logiciel sur mesure va parfaitement s’adapter aux besoins d’une entreprise tandis qu’un logiciel déjà sur le marché va devoir être adapté avec les fonctionnalités déjà présentes. Ce type de logiciel, même s’il est capable de répondre à la plupart des demandes, ne pourra pas s’adapter à 100% aux demandes des clients pour des besoins spécifiques. Les atouts incontournables du développement spécifique Aucune contrainte La grande différence entre du sur mesure et de l’existant ce sont toutes les contraintes liées au code qui peuvent rapidement bloquer les meilleures idées. A l’inverse, le développement sur mesure permet de laisser libre court à son imagination, aussi bien au niveau du design que des fonctionnalités. Une personnalisation 100% adaptée Pas besoin de surcharger le logiciel avec des fonctionnalités inutiles, un logiciel sur mesure permet d’avoir uniquement les fonctionnalités nécessaires et de ne pas se perdre dans les menus. Des modules développés pour des besoins spécifiques Dans du développement spécifique, rien de plus simple que d’imaginer un module pour une tâche précise et de l’intégrer au logiciel. Aucun risque que ce module ne soit pas compatible avec ceux qui sont déjà existants. En revanche, dans la plupart des logiciels il est parfois difficile d’ajouter un module sans avoir de bugs en raison de la compatibilité des versions. Comparatif entre un CMS sur mesure et un CMS du marché Prenons l’exemple d’un CMS sur mesure comme le système de gestion de contenu Blue Cube qui  supporte tous les types de sites et les CMS Magento, Drupal ou Prestahop. Quand le site reste dans les fonctionnalités basiques et ne comprend pas trop de produits, il n’est pas trop difficile de trouver un CMS adapté et d’ajouter les modules qui correspondent aux besoins. Mais voici quelques problèmes qui pourraient vite vous faire changer d’avis sur ces CMS. Incompatibilité entre les versions Lors de la création d’un nouveau site, aucun problème : votre prestataire télécharge la dernière version du CMS et installe les modules nécessaires. Mais avec le temps, il ne faut pas oublier que les versions évoluent et que si on télécharge la nouvelle version, les anciens modules ne seront plus compatibles. Il faut donc recontacter son prestataire internet qui, bien souvent, va devoir réinstaller la plupart des modules ce qui va prendre beaucoup de temps et donc coûter plus cher. En revanche, le CMS Blue Cube fait en sorte que toutes les versions et tous les modules soient toujours compatibles pour éviter les bugs et les frais complémentaires. Incompatibilité entre les différents modules Dans un CMS comme Prestashop, les modules sont très nombreux et offrent parfois les mêmes fonctionnalités à quelques différences près. >> La première difficulté est de trouver un module qui comporte exactement les fonctionnalités recherchées. >> La deuxième difficulté est que ce module soit compatible avec la version du CMS installé. >> Enfin, la dernière difficulté survient lors de l’installation du module : il ne faut pas de problème d’incompatibilité avec les anciens modules déjà installés. En cas de problème il faut donc renouveler l’opération et acheter un nouveau module en espérant que celui-ci convienne. Problème de... Lire la suite

10 critères pour un emailing réussi

10 critères pour un emailing réussi Envoyer un emailing est désormais une chose courante pour beaucoup d’entreprises, mais encore faut-il que celui-ci soit bien adapté. Voici 10 conseils pour la réussite de vos campagnes. 1) Posséder une bonne base de contacts La base de contacts est le premier élément à prendre en compte quand on prévoit de faire une campagne emailing. Plus elle contient d’informations sur les clients, plus il est facile de viser la cible la plus adaptée au message. Une bonne méthode est de créer des segments dans sa base de données pour bien identifier les différentes cibles. Cette base doit également être « propre » : ne pas contenir d’adresses emails obsolètes et avoir l’accord des personnes qui reçoivent l’emailing. 2) Faire appel à une plateforme emailing performante Envoyer un emailing à des milliers d’adresses ne peut se faire en passant uniquement par sa boîte mail habituelle. Au-delà d’un certain nombre, les FAI bloquent les envois de cette boîte mail. Il faut donc faire appel à une plateforme emailing spécialisée qui a l’accord des FAI. Ces plateformes permettent une meilleure délivrabilité du message. 3) Envoyer le bon message au bon moment Connaître sa base de contacts c’est aussi le meilleur moyen de toucher sa cible au bon moment. Toutes les personnes ne lisent pas leurs messages au même instant, il faut donc penser à des créneaux horaires spécifiques qui correspondent à la cible visée. 4) Insérer une vraie adresse email de réponse Oubliez le traditionnel « no-reply » dans votre emailing. Empêcher votre cible de vous répondre c’est bloquer les échanges avec elle et perdre des clients potentiels. Il faut donc proposer une vraie adresse mail de réponse, quitte à en créer une dédiée pour ne pas les recevoir sur sa boîte mail professionnelle. 5) Penser à la lecture sur mobile et tablette Depuis 2012 les ventes de smartphones et de tablettes ont explosé, la plupart des mails sont lus sur ces supports mobiles. Il faut donc penser à plusieurs critères : Créer un design responsive dont le contenu peut être facilement lu sur tous les supports Prévoir des zones facilement cliquables pour les supports tactiles : ne pas trop coller deux liens pour éviter de cliquer sur le mauvais. Penser au pré-header : sur les mobiles la première ligne s’affiche directement, et celle-ci correspond souvent à « Si cet email ne s’affiche pas correctement, cliquez-ici… ». Prévoir de mettre une première ligne accrocheuse qui va inciter votre cible à ouvrir le message.   6) Personnaliser l’email Travailler sa base de données permet de proposer des produits adaptés à chacun en fonction de leurs habitudes d’achat ou de leur localisation géographique. Le message peut aussi être personnalisé en incluant le nom ou le prénom de la personne. En revanche cela nécessite d’avoir bien rempli tous ces champs dans sa base de contacts pour éviter qu’une personne reçoive « Mr …… ». Dans ce cas, mieux vaut préférer la simple appellation « Cher client ». 7) Avoir un ratio texte/image correct L’emailing doit contenir 70% de texte et 30% d’images. Dans le cas où les images ne s’affichent pas, les internautes doivent pouvoir lire le texte pour savoir de quoi il s’agit. Il faut également penser à bien remplir la balise « ALT » de l’image en cas de non affichage. 8 ) Prendre soin de ses intitulés Le but premier de l’emailing est d’atteindre sa cible et de... Lire la suite
Page 1 sur 212