Quel CMS choisir pour son site web ?

Quel CMS choisir pour son site web ? Impossible aujourd’hui de ne plus être présent sur le web. Pour exister il est désormais nécessaire de posséder un site internet. Mais pour le créer quelle solution choisir ? Le but de cet article est de vous aider à choisir le CMS adapté à vos besoins. WordPress, le plus facile des CMS En général, si on connaît un seul CMS c’est bien WordPress. Utilisé à la base en tant que plateforme de blog, il s’est vite imposé pour la création de sites plus évolués pour aller jusqu’à de petits sites e-commerce. Tout son code est écrit en PHP et il repose sur une base de données MySQL. Ses avantages : Une installation simple et rapide avec tout de même quelques connaissances en code De nombreux thèmes déjà existants à personnaliser De très nombreux modules Une communauté très active Une bonne ergonomie et une navigation assez instinctive Ses inconvénients Des failles de sécurité importantes Un CMS non adapté lorsqu’on a besoin d’installer des dizaines de modules et de fonctionnalités différentes. La vitesse de chargement du site va progressivement augmenter Certains plugins ne fonctionnent pas entre eux et peuvent entraîner des erreurs sur le site. Des fonctionnalités de base manquantes (ex : il est nécessaire d’ajouter le plugin pour avoir un formulaire de contact) Notre avis : Un CMS facile à prendre en main, de bonne qualité pour les sites de petite envergure qui ne nécessitent pas de fonctionnalités trop avancées. Excellent pour gérer des blogs mais moins pour des sites complexes. On apprécie les très nombreux thèmes existants qu’il est possible de personnaliser. Drupal, le CMS généraliste Comme WordPress, Drupal est à la base un système de publications de blog mais il a peu à peu évolué en un véritable framework de développement. Il possède sa propre structure de données en « node ». Ses avantages : Un logiciel libre Une grande communauté de développeurs autour de Drupal De très nombreux modules existants Un CMS adapté pour des gros sites avec des fonctionnalités avancées Une très grande flexibilité Multi-sites Mutlitplateforme : WMP, LAMP, MAMP, XAMP etc. Ses inconvénients : La difficulté de configurer ce CMS. Il nécessite d’importantes connaissances dans les langages web Un CMS qui contient sa propre terminologie, soit une nécessité de parle le « Drupalien » pour configurer un site Une lourdeur et une lenteur importante en raison de sa grande modularité. Ce CMS ne convient donc pas avec un hébergement gratuit Très gourmand en ressources, il faut donc faire particulièrement attention à sa configuration Difficile à prendre en main pour un débutant Un risque de sécurité car open source mais moins important que pour WordPress Notre avis : Un excellent CMS avec lequel il est possible de faire des sites très poussés et de mettre en place des configurations spécifiques. A recommander pour des sites professionnels qui ont besoin de fonctionnalités complexes. Cependant quelques défauts sont à prendre en compte telles que la lenteur et la lourdeur du site. Plus le site sera important plus les problèmes se feront sentir. Cela nécessite des développeurs spécifiques pour maximiser la configuration. C’est donc un très bon CMS pour tous ceux qui ont besoin de sites avancés et de qualité. Blue Cube, le plus souple des CMS Contrairement aux deux autres CMS, Blue Cube n’est pas open source. Il a été développé avec des technologies open... Lire la suite

Optimisez le référencement de vos images : les bons réflexes !

Optimisez le référencement de vos images : les bons réflexes ! Qui n’a pas déjà été sur Google Images pour faire ses recherches ? C’est un fait, les images ont pris dans le web actuel de plus en plus d’importance. Elles sont plus grandes et plus nombreuses et attirent de plus en plus les internautes. Alors pourquoi ne pas les prendre en compte pour votre référencement naturel ? Voici une petite liste des optimisations à mener pour toutes vos images : Bien nommer son fichier image Pour Google, un fichier image qui se nommerait IMG001 ou CAPTURE14 n’a pas grand intérêt. Ce nommage de fichier ne contient aucun mots-clés  et n’est absolument pas explicite. Pour bien nommer son fichier image quelques règles sont donc à respecter : Utiliser des mots-clés et donner un nom cohérent à l’image. Séparer les mots par des «-» et non des underscore (ex : logo-digitalcube) Ne pas mettre des majuscules ou de caractères accentués Ne pas coller les mots car ils ne seraient pas interprétés Renseigner la balise alt Beaucoup, parce qu’ils ne connaissent pas ou par fainéantise, ne remplissent pas la balise alt des images. C’est bien dommage car elle plusieurs utilités : Rendre l’image accessible aux déficients visuels : en remplissant la balise alt de l’image, ceux qui ne peuvent voir l’affichage peuvent voir le texte de remplacement et savoir de quoi il en retourne Décrire le contenu de l’image à tous les internautes et aux moteurs de recherche Obtenir l’occasion de placer des mots-clés supplémentaires (mais attention bien sûr à ne pas les suroptimiser) Maîtriser le poids de l’image La vitesse de chargement d’une page est un critère qui est pris en compte pour le référencement. Plus une page sera lourde et difficile à charger, plus cela aura un impact négatif sur votre référencement. Alors, pour afficher rapidement une page, il est important de toujours optimiser son poids avant sa mise en ligne. Sur le web plusieurs formats d’images sont acceptés : .png, .gif, ;jpg. Le .jpg est le format à préférer car c’est celui qui reste le moins lourd sur une page web. Intégrer une image dans le bon contexte sémantique Google ne sachant pas encore lire les images, le texte autour de celle-ci est pour lui une grande indication de la nature de l’image. Si vous souhaitez faire un article sur votre nouvelle chemise mise en vente, le texte qui entoure l’image devra parler de ce sujet pour avoir une chance que l’image apparaisse bien sur Google Images. Créer un sitemap xml spécialement pour les images Créer un sitemap xml pour vos images et en le déclarer sur Google Webmaster tools un bon moyen de faire indexer toutes vos images et de les retrouver sur Google Images. Mais attention à une erreur fréquente : ne bloquer pas votre fichier image dans votre robots.txt En respectant toutes ces règles pour vos images, et même si celles-ci peuvent sembler parfois longues et rébarbatives à mettre en place, vous participerez à améliorer le référencement de vos images et de votre site.... Lire la suite

Qu’est-ce qu’un CMS ?

Qu’est-ce qu’un CMS ? Le CMS (Content Management System) ou Système de Gestion de Contenu en français est le meilleur moyen d’éditer facilement du contenu sur son site. Autrement dit, c’est aujourd’hui l’outil indispensable pour tous ceux qui ont besoin de faire vivre et d’animer leur site au quotidien. Quel est son fonctionnement ? Côté technique, le CMS est un type d’application web qui fonctionne avec un serveur et une base de données. Lorsqu’un internaute lance une recherche sur un site, le serveur web interroge la base de données pour afficher le contenu correspondant à la requête. Concrètement il se compose de deux parties distinctes : le contenu et la présentation du contenu. Le premier est sauvegardé dans la base de données structurée en tables et en champs. Quand on change le contenu via l’interface d’édition, cela modifie automatiquement les champs dans la base de données pour mettre à jour le site. C’est pourquoi on parle de site dynamique. Tout CMS est constitué d’un noyau central qui contient toujours les mêmes fonctionnalités auquel on va ajouter des modules afin d’installer selon les besoins des fonctionnalités spécifiques. Le grand avantage de ce type de logiciel c’est qu’il est modulaire, c’est-à-dire que les modules seront installés en fonction des besoins.   Le CMS, un outil d’édition indispensable Le système de gestion de contenu c’est le meilleur moyen connu à ce jour pour modifier à volonté le contenu de votre site internet. Il vous permet : De gérer la structure de votre site, c’est-à-dire de modifier son arborescence (modifier le menu, ajouter ou supprimer des pages). De gérer tout le contenu de vos pages grâce à un éditeur de texte. Comme pour Word, l’éditeur de texte permet la mise en forme du texte : choisir un titre avec un style prédéfini dans le template, modifier le style du texte (gras, italique, liste à puces etc.), ajouter des liens, ajouter des images et des vidéos. C’est également un outil collaboratif qui donne le droit à l’administrateur de choisir qui peut contribuer au contenu du site et sur quelles parties du site.   Les questions à se poser avant de choisir son CMS Attention, tous les CMS ne se valent pas, bien au contraire ! Et tous n’ont pas les mêmes fonctionnalités. La première question à se poser c’est : « Quel est la finalité de mon site » ? Est-ce que mon site sera une simple vitrine institutionnelle de mon entreprise ? Est-ce qu’il est destiné à vendre des produits ou des services ? Est-ce que plusieurs sites doivent cohabiter sur un même CMS ? La seconde question c’est : de quelles fonctionnalités ais-je besoin ? Est-ce que mon site aura besoin d’un module spécifique comme un module newsletter, un formulaire avancé, un forum, un magazine en ligne ? Attention à bien analyser toutes les possibilités offertes par un CMS pour ne pas être bloqué une fois le projet bien avancé par une fonctionnalité manquante. La troisième question, toute aussi importante que les deux autres est la sécurité. Est-ce que le CMS que je vais utiliser est souvent soumis à des failles de sécurité ? Cette question majeure devrait recevoir une attention toute particulière. Enfin, dernière question : qu’en est-il du caractère évolutif du CMS ? Si le CMS dispose d’une communauté active c’est déjà bon signe. Mais ce n’est pas tout, lorsqu’une mise à jour est lancée, va-t-il falloir acheter de nouveaux les modules... Lire la suite

Synchroniser son logiciel de gestion commerciale avec son site e-commerce

Synchroniser son logiciel de gestion commerciale avec son site e-commerce « Comment synchroniser mon logiciel de gestion commerciale avec le cms de mon site e-commerce ? ». Dernièrement,  c’est une question récurrente dans le discours de nos clients. Pourquoi ? Parce que les temps ont changé, que toutes les entreprises souhaitent plus de productivité et qu’avec toutes les technologies que nous possédons, il serait bien dommage de continuer à perdre du temps et de l’argent. Alors comment expliquer que de nos jours de nombreuses entreprises doivent encore effectuer un travail de ressaisie sur deux logiciels distincts ? La raison est simple : beaucoup ne savent pas qu’il existe des connecteurs permettant de gagner un temps considérable sur la saisie de ses produits ou de ses stocks ! Mais plus de panique ni de perte de temps car c’est désormais possible de faire une connexion entre vos deux outils et de gagner des heures et des heures de travail grâce à notre connecteur Connect One. Pourquoi relier son CMS e-commerce avec son logiciel de gestion commerciale ? Une chose est sûre, connecter deux logiciels de gestion vous apportera un énorme gain de temps. Pour vous le prouver, voici une liste non exhaustive des principaux avantages qu’il existe de relier votre CMS à votre logiciel de gestion commerciale. Vous pourrez synchroniser en temps réel : Des produits : en ajoutant des données dans l’un ou l’autre des logiciels, ces derniers sont automatiquement ajoutés sur le second logiciel. Par exemple, si vous remplissez vos fiches produits (textes, photos, produits associés etc.) dans votre CMS e-commerce, vous pourrez retrouver vos informations sur le logiciel de gestion. Cela permet d’éviter les erreurs de saisies ou les modifications d’un logiciel à l’autre. Des stocks Des tarifs : mais également de toutes les promotions et soldes que vous pouvez mettre en place Des fournisseurs Des clients : leurs coordonnées, factures Des commandes Etc. Relier ces deux outils est bénéfique pour réduire à la fois son temps de travail mais cela aide également à éviter les incohérences qui se glissent régulièrement entre vos deux logiciels suite à des erreurs de saisie. Quels sont les logiciels de gestion commerciale et les CMS concernés ? Parmi nos clients beaucoup utilisent les logiciels Sage ou Ciel pour gérer tout leur système commercial. Régulièrement nous mettons des connecteurs en place avec les CMS e-commerce les plus utilisés : Connecteur Sage, Ciel ou EBP avec Prestashop Connecteur Sage, Ciel ou EBP avec Magento Il faut tout de même savoir que selon les versions utilisées de votre CMS ou le logiciel de gestion en place dans votre entreprise, il pourra être nécessaire de prendre des versions plus à jour pour pouvoir accéder à toutes les fonctionnalités possibles du connecteur. Au besoin, nous développons des connexions sur mesure pour vos autres outils e-commerce. Comment marche la synchronisation entre les deux outils ? Il s’agit d’un connecteur développé spécifiquement pour fonctionner avec tous les types de bases de données, que vous utilisiez Sage 100 ou Ciel. Ce connecteur est installé entre votre logiciel de gestion commerciale et votre boutique en ligne afin de lier ces deux outils. Où puis-je me procurer ce connecteur ? Rien de plus simple, nous installons régulièrement ce connecteur chez nos clients qui en sont toujours très satisfaits et regrettent bien souvent de ne pas l’avoir mis en place plus tôt. Vous pouvez donc nous contacter pour que nous discutions de votre projet et mettions en place... Lire la suite

Loi Hamon : comment conformer son site e-commerce ?

Loi Hamon : comment conformer son site e-commerce ? Depuis mi-juin, la loi Hamon est entrée en vigueur. Destinée à sécuriser davantage les ventes en ligne et à protéger les consommateurs, elle implique des changements pour les e-commerçants. Pour être en conformité avec la loi, voici quelques règles à respecter : Modifier / ajuster vos CGV Le droit de rétractation : point essentiel de la loi Hamon, il étend le droit des acheteurs en leur permettant de se rétracter sous 14 jours au lieu des 7 actuels et de renvoyer le produit sous 28 jours. Pour les e-commerçants cela implique de modifier leur politique de gestion de retour. Les frais de ports : en cas de rétractation du client, les frais d’envois doivent désormais être remboursés au prix du tarif standard. En revanche, si le client renvoie le produit en choisissant un mode de transport plus élevé, le marchand n’est en aucun cas tenu de lui rembourser à ce tarif. Prévoir un formulaire de rétraction : dans la logique de cette loi, chaque site e-commerce doit mettre à disposition de ses clients un formulaire leur permettant de faire appliquer leur droit. Suite à ce formulaire, le client doit recevoir un accusé de réception l’informant de la prise en charge de la rétraction. Indiquer aux acheteurs le montant estimatif des frais de retour pour les produits de plus de 30 kgs. Interdiction des clauses qui rendent l’acheteur responsable des risques du transport du bien. Le consommateur ne doit en aucun cas être tenu responsable de problèmes ayant eu lieu durant le transport. Indiquer l’existence des codes de bonne conduite que l’e-commerçant s’engage à suivre. Donner plus d’informations aux consommateurs  Avant de conclure le contrat le client doit posséder plusieurs informations obligatoires : L’identité et les coordonnées exactes du vendeur Les caractéristiques du produit Le prix du produit Les différents modes de paiement Le délai de livraison (il est désormais nécessaire d’ajouter une date de livraison et non plus uniquement « expédié sous 24h »). Le mail de confirmation de la commande doit reprendre à l’identique toutes ces informations et doit être envoyé sur un support qui permet le stockage et la reproduction. Une simple fenêtre sur le navigateur pour récapituler la commande n’est donc pas suffisant. Désormais, le bouton de commande doit contenir plus de précision pour indiquer au consommateur que la commande nécessite un paiement. Plusieurs formulations sont possibles telle que « Commande avec obligation de paiement ». Décocher toutes les caches pré-cochées sur le site telles que les frais de port les plus chers, recevoir des emails promotionnels, ajouter des frais d’assurance complémentaires etc. Si jamais ces cases étaient cochées, le client pourrait réclamer un remboursement pour les options non-voulues.   Pour être en conformité avec cette loi Hamon, il est donc désormais indispensable que les e-marchands modifient leur CGV, leurs contrats de vente et leur circuit logistique.  ... Lire la suite