Dématérialiser un document : cas pratique du contrat d’apprentissage

Dématérialiser un document : cas pratique du contrat d’apprentissage Gérer des contrats signés par plusieurs entités est une tâche qui peut prendre beaucoup de temps, entre les disponibilités de chacun et les diverses demandes de modifications. Et ce temps est multiplié pour tous ceux qui doivent gérer des dizaines ou des centaines de contrats tous les jours. Typiquement, c’est un problème face auquel de nombreux CFA sont confrontés en période de recrutement. La dématérialisation du contrat d’apprentissage dans un CFA par la création d’une plateforme collaborative. Avant d’aller plus loin, comprenons-nous sur le terme de « dématérialisation ». Il existe certains secteurs d’activités qui permettent une dématérialisation à 100% d’un contrat, incluant une signature électronique. Pour un CFA, seul le processus de création du contrat peut-être pour le moment dématérialisé. En effet, le document final, le contrat Cerfa, doit exister sous sa forme papier afin d’être valable pour la CCI. Cependant, plusieurs étapes peuvent être grandement facilitées par la création d’un extranet où chaque partie possède son propre espace afin de gérer ses informations, documents, validation etc. La plate forme collaborative permet ainsi : De simplifier les échanges entre les différents intervenants (CFA, apprentis, école, chefs d’entreprise) De réduire les déplacements et les allers-retours pour les signatures De faire remonter les informations directement aux personnes concernées par un système d’alerte email. De connaître en temps réel le statut et l’évolution du contrat (savoir quel parti n’a pas encore validé). De regrouper en un seul lieu tous les documents nécessaires à un contrat (annexe financière, convention, dossier d’inscription etc.) et de permettre à toutes les personnes concernées d’y accéder facilement et rapidement. Chaque parti possède son espace personnel Dans le cas d’un CFA, quatre entités sont concernées : L’apprenti L’entreprise L’école Le CFA (conseillers professionnels et directeurs)  L’apprenti a accès à son dossier d’inscription et peut remplir directement toutes ses données personnelles dans son espace. Il peut ensuite donner son accord sur les éléments de contrat indiqués par l’entreprise ou faire part d’un problème sur son contrat directement via la plateforme. L’entreprise : elle peut gérer tous ses apprentis sur une même plateforme, à elle de compléter ses informations et de scanner les documents pour les envoyer directement au CP, au candidat et à l’école. L’école complète ses informations et vérifie que le contrat correspond bien à la formation de l’étudiant. Pour l’école c’est un gain de temps car tous les apprentis se gèrent via un seul espace. Le conseiller professionnel et la direction gèrent de manière transversale toutes les informations et les documents à partir d’une seule et même plateforme. Il reçoit les mails d’alertes en cas de problème sur telle ou telle information et peut intervenir plus rapidement pour faire avancer les contrats de ses apprentis. Des mails automatiques et manuels permettent de relancer régulièrement l’entreprise qui n’a pas encore fait le nécessaire. Un véritable outil de gestion La plate forme collaborative permet de regrouper dans un seul espace toutes les informations du CFA : tous les apprentis, les étudiants en attente, toutes les entreprises, les écoles. C’est une véritable base de données qui permet de grandement faciliter la recherche de telle ou telle information. Il est très facile de retrouver des informations grâce aux différents filtres de recherche (apprentis, statuts de validation, formations, années, etc.) et de garder en mémoire toutes les informations sur un même apprenti (ex : en cas de rupture de contrat,... Lire la suite

Créer un blog professionnel : pourquoi se lancer ?

Créer un blog professionnel : pourquoi se lancer ? Se lancer dans la création d’un blog est une véritable aventure : cela demande beaucoup de temps et de réflexion mais les bénéfices sont nombreux et il serait dommage de passer à côté. En France, le blog d’entreprise n’est pas encore une pratique très étendue bien qu’elle essaye de se développer. Et c’est bien dommage car le blog peut-être un véritable outil de communication pour votre entreprise. De plus, si dans notre pays la pratique n’est pas encore très aboutie mais tend à se développer, il suffit de se tourner vers les USA qui ont adopté le blog à grande échelle, environ 77% des professionnels du marketing B2B l’utilise pour leur stratégie de contenu (source) Le blog n’est donc pas une simple tendance, c’est un véritable outil de communication qui permet de booster son entreprise si celui-ci est bien utilisé. Pourquoi créer un blog d’entreprise ? Pour apporter une vraie valeur ajoutée sur vos produits et vos services  Qui mieux que vous pour parler de ce que vous fabriquez ou de ce que vous vendez ? Vous connaissez parfaitement vos produits, vous pouvez en parler en usant de tests, de comparatifs, de mise en avant de caractéristiques uniques, organiser des concours, donner la parole à des experts, publier des interviews, etc. C’est le meilleur moyen pour faire connaître vos produits et vos services auprès de vos clients. Pour prouver son expertise dans un domaine particulier Vous êtes expert dans votre domaine, vous savez de quoi vous parler et ce que vous vendez. N’hésitez plus à mettre en avant cette expertise sous la forme d’articles de blog pour asseoir votre réputation. Pour mettre en place un nouvel outil de communication interactif Le blog a l’avantage de permettre une communication avec ses internautes par le biais des commentaires. C’est un bon moyen de discuter de façon moins formelle et d’établir le contact avec vos clients. Attention tout de même à filtrer les commentaires car nombreux sont ceux qui n’existent uniquement que pour créer des liens vers leur site. Pour humaniser l’image de son entreprise Une entreprise c’est une entité avec de nombreux employés, des dirigeants qui paraissent souvent bien éloignés du public. Le blog permet un discours moins formel, une approche facilité avec votre cible et de vous présenter sous un autre jour. Pour faire connaître son activité au jour le jour  Vous avez régulièrement des messages à faire passer ? Des nouveaux produits ou des nouveaux services ? Profitez donc du blog pour communiquer ! Pour obtenir une base de contacts qualifiée Le trafic sur votre blog est important ? Pourquoi ne pas lancer une newsletter pour récupérer des contacts intéressés par vos articles et qui constitueront un fichier de prospects potentiels de très bonne qualité ? Est-ce long de créer un blog ? Concrètement créer un blog ce n’est pas long MAIS entretenir et l’alimenter pour le faire connaître et gagner en visibilité est une toute autre histoire. Cela demande du temps, de l’implication et des idées, il est donc parfois nécessaire d’avoir une équipe ou une personne dédiée selon la taille de l’entreprise et le rythme de publication. Attention tout de même à ne pas vous faire d’illusions : la simple création d’un blog ne signifie pas que le succès va arriver tout seul.  Pour que le blog prenne de l’importance il lui faudra du temps et des articles... Lire la suite

La création d’un site internet en 12 étapes

La création d’un site internet en 12 étapes Vous êtes décidés ! Vous avez envie de refaire votre site ou d’en créer un nouveau mais à l’heure actuelle c’est un domaine que vous ne connaissez pas et vous aimeriez en apprendre un peu plus sur le processus de création d’un site internet. Vous êtes donc partis à la recherche de plus d’informations et vous venez de tomber exactement au bon endroit ! Se lancer dans un tel projet demande une méthodologie et une certaine rigueur pour pouvoir mettre en ligne un nouveau site sans encombre. Le client et l’agence doivent tous deux s’impliquer dans ce projet commun pour le mener à bien, c’est un travail de collaboration et de confiance mutuelle tout en long du projet. Dans notre agence nous avons mis en place une méthodologie fonctionnelle qui permet à chacun de trouver sa place. En effet, pour créer un site internet c’est toute une équipe qui se mobilise : chef de projet, graphiste, intégrateur, développeur et rédacteur web selon les besoins. 1) L’expression des besoins Tout commence par un premier rendez-vous réunissant le client et l’agence afin d’échanger sur les besoins du client pour son nouveau site internet. Cette première étape permet de définir le périmètre du site, de mieux comprendre les fonctionnalités nécessaires, le public à viser, la thématique générale du site, le calendrier de réalisation souhaité, les contraintes, les concurrents, etc. C’est une étape primordiale pour débuter le projet en toute sérénité. 2) Le cahier des charges Une fois les besoins établis et analysés, vient le moment de la rédaction du cahier des charges. Un document formel et détaillé présentant les besoins exprimés lors de la première étape. Il détermine les solutions techniques qui seront utilisées, les fonctionnalités, le calendrier, les participants du projet, etc. 3) L’arborescence Une fois que tous les éléments fonctionnels et techniques ont pris forme, il est temps de se pencher sérieusement sur l’arborescence du futur site. Elle est essentielle pour pouvoir construire les maquettes et doit être pensée tout en amont du projet pour déterminer la navigation dans le site internet. Pour la construire, il est essentiel de bien comprendre la ou les thématiques du nouveau site ainsi que les cibles visées. 4) Les maquettes graphiques (wireframes) L’arborescence définie et validée par tous, on peut ensuite se lancer dans l’étape des wireframes. Il s’agit là de créer une maquette basique afin de placer les éléments sur la page. Il faut ainsi déterminer quels seront les éléments à placer au premier plan ou au second plan. C’est une étape à ne pas manquer pour faciliter ensuite la création graphique. 5) La création graphique Cette étape permet de transformer les wireframes en maquettes graphiques afin de donner une vraie identité et une vraie image au site internet. C’est le graphiste que prend en charge cette partie. Toutes les gabarits de pages doivent être détaillés, ils peuvent être plus ou moins nombreux selon les sites : la page d’accueil, la page de contenu, la page produit, la page liste, la page contact, des pages spécifiques… 6) L’intégration des maquettes Une fois l’étape des allers-retours pour valider les maquettes terminée, vient le tour de l’intégrateur web. Il transforme toutes les maquettes en pages web en respectant les normes W3C et en s’assurant de leur rendu sur les différents supports si le site est responsive. 7)... Lire la suite

Site responsive VS site mobile

Site responsive VS site mobile La date du 21 avril 2015 a fait couler beaucoup d’encre sur la toile et en a inquiété plus d’un. C’est le jour où Google a intégré à son algorithme un nouveau critère parmi les nombreux qui existent déjà : le mobile friendly. Suite à cela beaucoup se sont demandés comment adapter son site aux smartphones et voici donc deux solutions : le site reponsive ou le site mobile. Critère Google : le mobile friendly Pour Google, il s’agit de favoriser UNIQUEMENT SUR LES SMARTPHONES, les sites adaptés à l’affichage mobile sur les pages de résultats de recherche. Lorsque c’est le cas, une petite mention « Site mobile » est indiquée devant chaque résultat pour informer en amont le mobinaute qu’il pourra accéder facilement au contenu du site.   Cela ne veut pas dire pour autant que si votre site n’est pas adapté à l’affichage sur smartphone qu’il ne s’affichera plus du tout dans les résultats. En revanche, ceux qui le sont, vos concurrents par exemple, pourront être affichés devant vous sur un résultat de smartphone mais derrière vous sur un affichage sur desktop si vous êtes mieux référencé. Mentionnons également que ce nouveau critère n’est impactant que si votre site reçoit beaucoup de trafic via les smartphones. Si la majeure partie de votre audience provient d’ordinateurs, il est inutile de s’affoler en pensant que vous allez tout à coup disparaître de tous les résultats de Google. Pour autant, nous ne pouvons que vous conseiller de commencer à songer à adapter vos sites aux mobiles, ne serait-ce que pour le confort que cela procure à tous vos actuels mobinautes et futurs mobinautes. Vient alors une question qui a son importance : faut-il passer au site responsive ou bien se lancer dans un site mobile ? Le site responsive On parle de site responsive pour décrire un site qui s’adapte automatiquement au support utilisé, qu’il soit desktop, smartphone ou tablette. Il s’agit exactement du même site sur tous les supports, avec le même contenu, les mêmes photos et les mêmes urls. (Pour en savoir plus sur l’adapation d’un site en responsive) Les + du site responsive Proposer exactement le même contenu aux internautes et aux mobinautes Solution recommandée par Google Pas de multiplication des urls, une url unique pour tous les supports Meilleur pour le SEO (pas de risque de duplicate content entre le site mobile et le site desktop) Conservation du référencement naturel sur les smartphones La taille s’adapte automatiquement en fonction du contenu Pas de problèmes de redirections de liens entre les supports Moins cher en terme de développement et de maintenance Les – du site responsive Prévoir une phase de test importante sur tous les navigateurs et tous les supports Problèmes de redimensionnement des images qui peuvent s’allonger Chargement de tous les éléments, ce qui alourdit la durée d’affichage de la page Le site mobile Le site mobile utilise une url spécifiquement dédiée à la consultation sur mobile. Elle est généralement de ce type : m.nomdusite.fr Il s’agit de proposer aux mobinautes un site uniquement pensé pour une lecture sur mobile avec un contenu adapté en situation de mobilité. Quand une personne fait une recherche sur son smartphone et souhaite accéder à un site qui comporte une version mobile, celui-ci est automatiquement redirigé vers l’url mobile. Les + du site mobile Une solution pratique... Lire la suite

Nettoyer ses backlinks : la méthode pour sortir d’une pénalité Google Pingouin ou s’en prévenir

Nettoyer ses backlinks : la méthode pour sortir d’une pénalité Google Pingouin ou s’en prévenir Le 17 octobre 2014, la nouvelle mise à jour de Pingouin a commencé à être déployée. Ceux qui ont été touchés par la précédente mise à jour l’attendait avec impatience pour faire lever leur pénalité algorithmique. Mais que faut-il exactement faire pour réussir à sortir de cette pénalité ? Quelle méthode pour désavouer ses backlinks ? Avant de se lancer, il faut savoir que c’est un processus qui prend du temps car chaque lien doit être analysé un par un. C’est un véritable travail de fourmi qui ne peut s’effectuer à la va vite, faute de manquer des liens toxiques importants.   1)      Comment récupérer la liste de tous ses liens entrants ? La première chose à se demander c’est comment récupérer tous les liens entrants vers votre site pour les analyser un par un. Pour cela il existe plusieurs outils très utiles : Google Webasmaters Tools (gratuit) : il permet de télécharger sous forme de tableau les liens entrants. Pour cela il faudra vous rendre dans votre compte GWT : Traffic de recherche / Liens vers votre site / Plus / Télécharger d’autres exemples de liens. Mais cet outil gratuit est limité en nombre de backlinks et n’est pas suffisant pour les sites comprenant des milliers de backlinks. Des logiciels d’analyse de backlinks (payants) : parmi les plus connus et les plus efficaces on peut citer Majestic SEO, Ahrefs, Open Site explorer qui permettent de récupérer tous les liens entrants.   2)      Comment identifier des liens toxiques En général, le bon sens est l’arme ultime pour réussir à déterminer quels sont les liens toxiques : Des ancres bien trop optimisées. Par exemple « serrurier paris pas cher » dans un article qui parle d’une méthode pour déboucher les toilettes et qui ne fait aucunement référence à une localisation. Comment penser qu’un tel lien serait naturel ? Des liens dans le footer : présents sur toutes les pages d’un site hors thématique avec des ancres ultra optimisées. Résultats : des centaines de liens provenant d’un seul même site totalement hors thème. Pour Google Pingouin c’est une lumière rouge clignotante lui indiquant que le webmaster a cherché à triché avec son netlinking. Des liens placés dans des sites multi-thématiques : c’est par exemple le cas de nombreux blogs crées uniquement pour ajouter des liens. Des liens dans les annuaires de mauvaise qualité, multi-thématiques avec des dizaines de liens sur une même page. Les liens cachés qu’on ne peut voir qu’en désactivant les CSS (et on en trouve assez régulièrement mine de rien !) Des liens spams dans des commentaires ou dans des signatures de forums.   3)      Que faire lorsqu’un mauvais lien est identifié ? Voici venu le moment où vous pensez qu’un lien est nocif à votre référencement, qu’il vous pénalise ou qu’il pourrait bien vous pénaliser un jour ou l’autre. Plusieurs solutions sont possibles : Si le lien est de très mauvaise qualité sur un site qui ne correspond pas à des critères valides, la première chose à faire est de contacter poliment le webmaster du site pour lui demander de supprimer votre lien en lui expliquant votre situation. Si cela ne fonctionne pas du premier coup, ne pas hésiter à faire une relance quelques jours plus tard. Si un site ne contient aucun moyen de contact, il est parfois possible de trouver une adresse email sur le whois. Cela peut permettre de prendre contact mais malheureusement ça... Lire la suite
Page 3 sur 712345Dernière page »